School Fair Food, Sista Care Green Cross, Femme & Famille Assurance.. C’est la Solidarité, la Mutualité, La Féminité du Leadership!

Les nombreuses personnalités religieuses, royales et mêmes quelques têtes politiques présentes lors de NOEL ROSE POUR ELLES ont apprécié l’initiative de ce projet qui participe au développement de la nation par la formation des jeunes, la sensibilisation et la création d’emplois. Pélagie Fafa Amouzou, actuelle présidente de l’association GENRE EN MOUVEMENT, nous ouvre sa porte.

LM/ES:   Pélagie bonjour, nous revoilà encore une fois au sujet du GENRE EN MOUVEMENT dont vous êtes l’actuelle présidente internationale. Pouvez -vous vous présenter à nos lecteurs et nous dire depuis combien de temps êtes-vous dans l’association et présidente internationale ?

Bonjour les Ecoqueens et lecteurs. Pélagie Amouzou, je me nomme. Hôtesse de l’air, originaire du Bénin et Togo.  Cela fait un an que je suis dans l’association corps et âme. J’ai pris le contrôle de l’activité internationale du GENRE EN MOUVEMENT il y a exactement deux mois.

LM/ES : Quand avez-vous décidé à rejoindre la communauté LOMENARDE ?

Pélagie F. A : A vrai dire, j’admirais déjà LA LOMENARDE depuis Boston mais pas autant pour mener aux USA une filière digne de son nom. J’enviais sa force, sa passion et son état d’âme. Puis une chance en Europe s’était présentée. Avant de commencer mon emploi à Londres comme Hôtesse de l’Air, j’ai fait escale à Monaco là où elle séjournait. C’était l’occasion donc de rejoindre sa communauté.

LM/ES: Pourquoi postuler pour être à ce niveau de son association étant déjà membre effectif et représentante LE GENRE EN MOUVEMENT – AFRIQUE  ?

Je dirai que j’avais un besoin chronique de voir l’Afrique s’aimer non seulement entre ses murs et frontières. L’implantation LA LOMENARDE au Togo était une réponse à l’appel des jeunes rassemblés à Lomé en avril 2009. J’étudiais encore à Boston et ne venait qu’en vacances au pays. Mais j’étais convaincue à ce moment d’une chose :  que le courage, la bonté et l’entrepreneuriat de LA LOMENARDE sont éternels. Trois années plus tard, je l’ai retrouvée à Lomé lors de Journées Mondiales de la Jeunesse où monsieur Edwin D’Almeida (actuellement LOGGIEN) avait fait une grande preuve de gestion des projets LO’S CAMPUS. J’ai aussi participé à des conférences de LA LOMENARDE et suivi ces jeunes béninois, togolais et ghanéens qui ne demandèrent solennellement qu’on les aide à lutter contre la pauvreté, l’oisiveté et toutes sortes de maladies incompréhensibles. Ce fut un appel largement relayé par de nombreuses mères de famille, inquiètes de voir leurs enfants sans emploi malgré leur niveau d’étude, ou encore dans les rêveries d’un voyage à haut risque et d’autres devenus des fous de circonstances, de très jeunes filles-mères sans métier, sans soutien. De plus l’une de mes participations à une des rencontres de ces jeunes des contrés très reculés de Lomé que soutienne LA LOMENARDE et qui résidait à la villa D’Almeida pour avoir la chance d’aller à l’UL (Université de Lomé) m’avait marquée d’autant que cela avait changé en bien la vie de leurs parents et presque toutes leurs familles.

LM/ES :   Vous venez en une seule année de battre le record en organisant 8 événements dans presque toute l’Afrique au nom du GENRE EN MOUVEMENT en 2016, qu’est-ce qui vous motive autant ?

Etant une personne très tournée vers les autres – et je viens d’un recoin difficile du Togo- je sais que pas mal de mes amis n’ont pas toujours eu la même chance que moi d’avoir certaines choses dans la vie et cela m’incite à garder les pieds sur terre premièrement. Secundo, LA LOMENARDE est une opportunité céleste. Ce que nous avons donc en commun la fondatrice et moi, c’est aider des gens dans le besoin, ressentir leur gratitude, est une des plus belles victoires personnelle que l’on puisse avoir à mon sens. Mais j’avais besoin d’une forte communauté stable. L’ayant donc trouvée, la joie que je tire de cette satisfaction, de me savoir comprise par une autre de même continent des mêmes nations que moi je ne sais plus comment le décrire… Cela me motive énormément.

LM/ES : Croyez vous alors que les femmes togolaises peuvent s’unir à jamais pour des actions encore plus fortes dans nos cités?

Pélagie F. A : La possibilité d’une unité de femmes togolaises, j’en avais la foi!  Une unité de femmes intelligentes, incroyablement courageuses et généreuses qui accompagnera des personnes en grande précarité sur le chemin de la réinsertion humaine, sociale et professionnelle, à l’horizon je la voyais déjà. Et lorsqu’elle était arrivée, j’ai regretté très longtemps ma réticence. Alors oui, j’ai rapidement déposé mes  bagages, posé ma candidature pour redynamiser le mouvement aux portes des africaines et les actions sociales que nous pouvons réaliser non seulement en tant que Togolaises d’ Afrique – Madagascar mais aussi en Europe et Amérique en tant que la forteresse de la diaspora africaine.

GENRE EN MOUVEMENT RENCONTRE AVEC LES MEMBRES D'HONNEUR.png

LM/ES : Avez – vous déjà  rencontrez des difficultés avec les membres et les gens que vous sensibilisez?

Je fais face à des hauts et des bas très frustrants tant de fois aussi mais croyez-moi, je pourrais faire de cette opportunité une dictature (rire). Le Genre c’est toute autre chose, c’est plus que le max comparé aux autres associations africaines que j’ai essayé. Les difficultés associatives, mes devoirs passionnants j’en fasse !!!

LM/ES : Qu’est-ce qui vous différencie cependant des autres associations qui œuvrent aussi dans ce sens en Afrique et plus précisément au Togo ?

Tout d’abord je n’ai jamais vu au Togo une association qui fait exactement ce que nous faisons. Le GENRE EN MOUVEMENT avant d’être une association était une communauté humanitaire éducative et entrepreneuriale. Pour toucher le cœur de chaque problème et individuellement fixer les clous pour la parfaite équilibre, nous sommes constamment en contact avec des personnes, des villages, les dispensaires et des écoles dans le besoin, tandis que les autres associations un peu partout au Togo mène des actions beaucoup plus ponctuelles et cela à peine une fois par an. Et 90% n’existe que pour exister. Notre stratégie je ne peux vanter son excellence, mais une chose est certaine, elle est unique. Cependant, certaines des 10 % des associations restantes en qui on peut encore croire réalisent aussi de superbe actions. On peut être fier de l’association des JEUNES VAILLANTS qui prend des initiatives comme la lutte pour un TOGO PROPRE. Une initiative qui ne peut mourir assez facilement. De telle action a plus de vie à revendre si l’entourage ne peine pas à se réveiller. Dans leur combat, il y a l’action quotidienne. Et c’est ce qu’il faut comme souffle dans une organisation. C’est ainsi qu’on reconnaît la force du rêve dans la réalité. Même si cela vient d’un amateur, ou d’un fou, au moins cela donne un vrai point P à la vie humaine. J’encourage et je soutiens l’association Jeunes Vaillants à continuer de mener des actions de la sorte

LM/ES : Quelles sont vos actions tout au long de l’année pour l’Afrique ?

Pélagie F. A : Pour ce premier trimestre nous avons deux actions principales. La première, LO’S CAMPUS c’est du soutien scolaire pour des enfants en difficulté, aide aux devoirs ou simplement un cours de remise à niveau jusqu’au mois de Mai. La deuxième, ECO SISTA CARE pour l’enrichissement de notre environnement et relance de l’emploi au niveau des jeunes.

LM/ES : Il me semble que ces deux projets ont déjà vu le jour lors de la présidence de Christiane Mensah par Intérim ? Remettre ceci sur la table est-ce raison d’une échec ?

Pélagie F. A : Effectivement, c’était le cas. Mais au face à un taux de chômage très élevé chez les jeunes de 15 à 35 ans (représentent plus de 50% de la population Togolaise), l’Etat ne fait pas de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes une priorité. L’absence de cette vision professionnelle devient une raison de notre dynamique éternelle à l’égard de la jeunesse.

Ce ne fut pas un échec. L’ancienne direction avait mis en place un programme d’évaluation de l’emploi des jeunes femmes uniquement, dispositif qui fait suite au diagnostic réalisé à l’initiative d’Afriq€ (la caisse d’épargne de la communauté). Ce diagnostic relevant d’importantes lacunes au niveau des ressources financières et de la qualité de la gestion, de l’absence de suivi des résultats sur le terrain et du manque de coordination d’autant que la représentante Christiane Mensah était seule et n’avait aucune âme sincère avec elle pour les devoirs à faire.

lomenarde presidente 2017-paf.png

LM/ES : Et pour l’Europe, que retrouve-t-on sur votre agenda ?

Pélagie F. A : Consciente du défi que représente cette volonté de migration, d’expatriation à tout prix, le comité a décidé de s’engager auprès de nombreux politiques européens et aussi des interlocuteurs locaux (groupements féminins, associations, écoles, paroisses…) pour proposer des formations le et un accompagnement vers une insertion par le travail et l’emploi. Hier encore à notre réunion, nous avons voté une loi d’action pour cette démarche. Ensuite il y a de diverses activités dont ma vice-présidente européenne est en charge. Nous avons énormément de pain sur la planche.

LM/ES : Y a-t-il pour cette année, une démarche socio culturelle, éducative ?

Mais comme toujours, vers la fin du printemps nous ferons une sortie intercontinentale. Deux de nos groupements en Afrique ( Togo, Ghana, Afrique du Sud) vont se mobiliser pour accueillir dès le 4 Juin au 20 Août prochain les acteurs du développement local qui viendront de la France, Grande-Bretagne et Belgique pour participer à LOS CAMPUS, Université d’Eté De La Loménarde pour le développement local sur le thème GO RURAL.

LM/ES : Votre métier d’Hôtesse de L’air, vous permettra-t-il d’être au four et au moulin à la tête du GENRE EN MOUVEMENT ?

Mon métier me permet surtout de tout réaliser. Il me facilite énormément la tâche. Dieu merci. Nous avons aussi d’autres projets en cours et pour lesquels le bureau international marche ardemment en ce moment

    • SCHOOL FAIR FOOD : le pôle action sociale, qui prépare et aide à la distribution de repas aux personnes dans le besoin, et surtout aux élèves ciblés tout au long de l’année.
    • SISTA CARE ECOBOX : Nous organisons à Monaco quelques collectes (livres, vêtements, médicaments, matériels ), mais nous allons également en Belgique participer à certaines actions que mènent OXFAM SOLIDARITÉ et KIND & GEZIN , puis en Grande – Bretagne CROIX ROUGE.
    • LO’S DIVINE CHILD & WOMAN JOYFUL TERRA : Enfin, cette année nous allons fêter les VEUVES & ORPHELINS au programme de fin d’année, vis-à-vis de cela, nous avons décidé d’organiser une grande manifestation pour récolter des fonds.

GENRE EN MOUV FAFA P.A..png

LM/ES :  La FEMME ENTREPRENEURE que vous êtes à chaque retour à Lomé et au sein de l’association GENRE EN MOUVEMENT est-elle membre du Comité LOGGE?

Pélagie F. A : LA LOMENARDE, dont le leadership fait bonnement rage étant fille d’entrepreneur, chef de file des grands entrepreneurs et architectes des Nana Benz , construire une fondation sans bâtir la source de son élévation est hors de propos. A vrai dire, c’est ce qui m’a motivé à commencer la LMVP – AFRIQUE. C’est une occasion grandiose. Moi qui rêvais toujours d’être femme d’affaire, je ne peux que la saisir.

LM/ES : Allez-vous cependant remettre UFET complètement en marche ?

Pélagie F. A : Elle avait la grandiose idée d’ UFET (Union des Femmes Entrepreneures du Togo) qui était tout simplement génial. Aujourd’hui, l’actuelle équipe en fait un bon travail tout en s’amusant. Et c’est un réel plaisir de cotiser avec la team, partir en voyage d’affaire après chaque LMVP, et se rencontrer avec des AfterChurch. Mais complètement en marche ? Mais..UFET était déjà en course, très chère ! Je ne fais que la rejoindre.

LM/ES : Justement en y parlant, vous avez réalisé un grand voyage d’affaire avec le groupement UFET, Tout cela ne revenait pas trop cher pour nos sœurs Togolaises ?

Pélagie F. A : Notre fond de roulement pour nos affaires à Lomé et Accra au début n’était rien et nous n’avons que très peu de choses à mettre sur le marché. Mais les choses se sont arrangées après notre adhésion effective dans LOGGE. Notre séjour à Dubaï, Singapour, Hong Kong et Bali s’était parfaitement bien déroulé. La bonté , le soutien et cette simplicité étaient le gain du courage, confiance et sincérité dont fait preuve UFET au sein de LOGGE. Et encore une fois, je dois dire MERCI DIEU pour cette gloire et Merci à tous les membres du comité.

LM/ES : Par la suite vous avez organisé des ‘’LOGGE FIRST LADIES BRUNCH’’ , est-ce une manière de célébrer la fin des belles récoltes ou plutôt le début des bonnes affaires ?

Pélagie F. A : LOGGE FIRST LADIES BRUNCH, c’est le plaisir de se retrouver tout simplement entre femmes après le travail. Cela étant, à chaque fin de mois, par la grâce de Dieu, cet événement se déroulera.

LM/ES : Doit-on être coûte que coûte FEMME ENTREPRENEURE du comité LOGGE avant de vous rejoindre ? La participation est-elle gratuite ?

Pélagie F. A : Dress code, lieu de rencontre plus qu’approprié, LOGGE BOX obligatoire sont donc les raisons pour lesquelles la rencontre se paie. Mais toute femme est la bienvenue.

afro-academ

LM/ES : Après NOEL ROSE POUR ELLES avec les Afrocrates et Ecoqueens, que comptez-vous faire de ces deux groupements de jeunes nappies du Togo?

Pélagie F. A : Les nappies de notre association ont un parcours exemplaire. Certaines qui n’avaient aucun métier ont trouvé une lueur d’ambition grâce à nos ateliers créatifs et excursions bien constructives. Notre souhait c’est de les amener à avoir une solide confiance en soi. Une fois cela réaliser, elles ont compris le sens de notre existence dans leur vie. Quatre actuellement sont parrainées pour suivre des formations professionnelles. Une à Accra dans un institut de beauté que LOGGE a sponsorisé tout récemment et 3 sur le territoire togolais. Avec les Lo’Nappies nous œuvrons pour des projets à venir très bientôt.

LM/ES : Les couturières, paysannes et artisannes d’ECOKOPÉ s’inquiètent depuis l’an dernier voyant que les produits de LA LOMENARDE ne sont plus uniquement des MADE IN TOGO.  LACCER était – elle en sanction?

Pélagie F. A :  Les ECO SISTAS COUTURIERES & ARTISANES certaines ont abusé de notre volonté, notre soutien. Nous ne pouvons apporter d’aide matérielle et financière pour les rénovations de leur atelier uniquement comme cadeau de noël pour un enfant. D’autant que l’association à leur niveau s’inscrit dans une problématique locale et nationale. Et son engagement auprès des jeunes du Togo s’appuie sur la volonté des partenaires locaux donc eux. Si nous, nous soutenons pour avoir des places pour nos jeunes gens sans emploi parce que sans formation, mais qu’à la fin nous constatons que nos jeunes sont maltraités, mal formé, c’est l’association que la société traitera de vaurien en mettant à la porte nos jeunes ”formés”sans cerveaux. A l’égard de nos sœurs patronnes, ce n’était pas une sanction mais une pause qui nous permet à nous membres du bureau de faire des reformes et mettre en place une loi inébranlable afin de bien définir efficacement nos propres positions. Comme je le disais plus haut, l’ancien bureau était trop fragile face aux nombreuses demandes et attentes dans nos contrés. Mais les choses ont changés. Nous allons avancer.

LM/ES : Les Patronnes ont-elles cette année une chance pour parfaire leur comportement? Une portefeuille pour d’autres nouveaux contrats?

Nous avons un plan de construction LO’S CAMPUS,  Centre de Formation professionnelle. C’est la solution aux problèmes liés à cette situation et à nos ateliers pédagogiques innovants qui permettent aux jeunes de se former sur une période de 2 ans afin de préparer un CAP dans le domaine qu’ils ont choisi, c’est l’ode de LA LOMENARDE pour la jeunesse togolaise, LA LO’S CAMPUS. C’est pour cela que LACCER – ECOQUEENS leurs groupements et ateliers ont été prioritairement destinés à des jeunes en situation difficile. Nous ne voulons pas compter des diplômes de deuxième main mais des cerveaux pro super-actifs. Nous avons le terrain pour la construction de LO’S CAMPUS. Nous recherchons donc les sponsors, partenaires et des donateurs qui peuvent nous aider à parfaire ce plan de création d’université. Au Gala de fin d’année c’était la présentation phare des grands projets de LOGGE. Mais d’ici là petit à petit nous continuerons de marcher avec les patronnes qui désirent profondément léguer d’excellent célèbre bagage à des jeunes avec lesquels nous avons et aurions un destin croisé.

LM/ES :Il semble que l’adhésion au GENRE EN MOUVEMENT est payante. Combien s’élève l’inscription au groupe et quelles sont les avantages?

Pélagie F. A : En Afrique l’adhésion est de 15.000frcfa. En Europe 150€. L’Europe a plus d’activités et des LOGGE BOX lors de certaines sorties qui demandant des boîtes de soins et beauté font de ce prix un petit luxe. L’avantage d’être membre effectif est grand.

LM/ES:  Votre dernier mot à l’endroit des lecteurs ?

Pélagie F. A : Mes encouragements vont à tous les membres et aussi à toutes les personnes qui ont une idée d’entreprise de rejoindre ou prendre contact avec LOGGE. Ces derniers sont tous des professionnels qui ont décidé de se mettre au service de la jeunesse avec pleine d’enthousiasme en offrant aux vaillants en difficulté la possibilité de se former professionnellement et d’exercer dans leur pays d’origine un métier choisi.

LM/ES : Merci de nous avoir accordé votre temps, nous vous souhaitons une très bonne année avec les loggiens, les membres et ceux qui ont le plus besoin de vous.
Pélagie F. A : De même je vous remercie.

___

INTERVIEW REALISÉ PAR ECOQUEEN F.BELLA

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s